La passe d'armes entre le patron de l'entreprise Titan et le ministre « socialiste » du redressement productif fait remonter la nécessité de reprendre une lutte des classes indépendantes et efficaces contre les classes dirigeantes tant politique que économique !

Maurice M. Taylor Jr (PDG de Titan) n'en n'est pas à sa première opération de com' sur fond de provoc', mais dans la lettre qu'il a adressé à Arnaud Montebourg (ministre du redressement productif) il s'illustre particulièrement dans la manipulation des préjugés : « Les ouvriers français seraient très bien payés et ne travailleraient que 3 heures par jour, passant le reste du temps devant la machine à café »... Mickaël Wamen, représentant de la CGT chez Goodyear ne dément pas, il explique que lorsque le PDG de Titan est venu visiter l'usine celle-ci tournait au ralentit, et pour cause elle est en voie d'abandon par ses actionnaires actuels - Une évidence qui échappe visiblement au tonitruant Yankee, pourtant habitué à reprendre des entreprises en faillites !

La réalité, à des époques plus radieuses, de l'usine Good Year d'Amiens Nord c'est une demi-heure pour déjeuner et le droit à deux pauses de 7 minutes chronométrées pour le travail en équipe. Bien plus productif que les cadres dirigeants de la plupart des entreprises qui passent le plus clair de leur temps en réunion ou dans des discussions interminables pour finir par trancher sur le sort de milliers de travailleurs.

Ajoutons à cela que la plupart des études (INSEE, EuroStat) montrent que si le coût du travail des salariés français est élevés, leur productivité est plutôt dans le haut du tableau des statistiques et ramène ainsi le coût rapport dans la moyenne, et dans certains secteurs (comme l'automobile) bien en deça du modèle européen de référence qu'est l'Allemagne.

Le patron « conservateur » n'est pourtant pas avare de contradictions en dénonçant d'une part « les barjots du syndicat communiste » qui détruisent les emplois les mieux payés et d'autre part en menaçant d'installer ses usines en Inde, ou en Chine « état communiste » s'il en est ! Et bien entendu du payer les ouvriers moins d'un euro de l'heure, sans parler des conditions de travail (temps, salubrité, sécurité, …) pour les ré-exporter vers la France. Le cynisme capitalisme se dévoilant sans vergogne quand il n'a pas de communiquants pour filtrer ses interventions.

Le ministre du redressement productif, hier classé à la gauche du PS, quand à lui a répondu sur fond de patriotisme « crasse » menaçant l'industriel de contrôles douaniers « zélés » sur les pneus de la marque. Un protectionnisme économique qui cache le désir opportuniste de nos dirigeants à exercer un pouvoir autocratique, se justifiant ainsi de vouloir juguler la crise avec une volonté courageuse ! ...Oubliant les travailleurs qui voient leurs fins de mois de plus en plus difficiles et leurs conditions de vie de plus en plus dégradées, quand ils ne sont pas purement et simplement jetés à la porte d'usines n'assurant plus 15 % de rentabilité aux actionnaires.

Quand le milliardaire américain Warren Buffett déclarait en novembre 2006 dans le New York Times « Il y a une lutte des classes aux Etats-Unis, bien sûr, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous gagnons. », il ne se trompait pas. Face à la mondialisation financière, aux spéculateurs et autres autocrates de l'économie les salariés de tous pays doivent s'unir comme ils avaient su le faire en 1864 avec la 1ère internationale. Taylor-Jr, Buffett et consorts avec leurs amis du monde de la finance ont su soumettre les gouvernements même les plus démocratiques et prendre l'avantage sur les classes laborieuses qui les servent désespérément, sans autre but que de ne pas sombrer trop profondément dans la misère. Mais seul la lutte paie ! Il est donc urgent de réunir les forces prolétariennes pour que, enfin, tous les travailleu(ses)(rs) du monde s'opposent à leur propre exploitation, ne se laissent pas dominer par celles et ceux qui sont prêt(e)s à leur extorquer leur existence pour mieux servir leurs intérêts très particuliers.

Le site du groupe Titan – http://www.titan-intl.com/ – s'ouvre sur un ours beuglant, symbolisant « The Grizz » (diminutif de Grizzly – ours en anglais) comme se qualifie lui-même le fumeux patron de l'entreprise de pneuuuuuuuuuuuuus !