Vers la subordination des enseignants

Comme l'a indiqué au café pédagogique la DGRH de l'Éducation Nationale Josette Théophile les textes concernant la nouvelle forme d'évaluation des enseignants est prête et sera mise en place dès la rentrée 2012, même si le ministère affirme que la consultation avec les organisations syndicales des enseignants, des inspecteurs et des chefs d'établissement se poursuit - L'ex-DRH de l'Oréal Luc Châtel applique la politique sarkozyste de dénigrement des syndicats ; "on vous consulte pour dire que l'on implique les partenaires sociaux, mais on fera comme on voudra !".

Certes, la forme actuelle d'évaluation et de progression de carrière des enseignants est loin d'être satisfaisante, et tout le monde s'accorde à le dire. Mais alors qu'elle croisait le regard pédagogique d'un inspecteur (extérieur à l'établissement) avec celui du chef d'établissement sur l'implication auprès des élèves, dans les équipes et dans l'établissement du professeur, elle sera désormais une appréciation unique du directeur. Derrière cette réforme ; la disparition du corps d'inspection (ce qui fera des économies substantielles) et la subordination des enseignants à leur hiérarchie (les chefs d'établissement étant plus serviles à mettre en œuvre la politique du ministère et les directives rectorales).

Ainsi l'Éducation Nationale met en œuvre une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy, à savoir la rémunération "au mérite" des fonctionnaires, omettant d'expliquer que désormais tous les enseignants avanceront au même rythme (ou presque) et plus lentement qu'auparavant. Un système qui ne reconnaîtra pas plus qu'avant le travail et la qualité de chacun des professeurs, probablement plus son autorité que ses compétences pédagogiques (celui qui gardent les élèves les plus turbulents, ne fait pas de vague, ... sera plus méritant que celui qui soulève les problèmes).

Les enseignants voient dans cette réforme la mise sous tutelle de leur travail. Un conditionnement à la politique du directeur qui aura un pouvoir quasi absolu sur les orientations de son établissement, les budgets alloués plus généreusement aux enseignants qu'il veut promouvoir laissant aux autres les miettes et les difficultés pédagogiques qui vont avec.

Les inspecteurs qui voient déjà leur corps disparaître sur la forme, et une non-prise en compte de la compétence "disciplinaire" des professeurs sur le fond. Eux qui se faisaient l'écho auprès des instances dirigeantes de ce qui se passaient sur le terrain comprennent que l'Éducation Nationale veut surtout ne plus rien entendre de la base.

Quand au personnel de direction du (publique) ils voient là une nième mission qui leur est confiée, et souligne leur incompétence en matière d'évaluation disciplinaire. Sans compter que ceux-ci risque de diviser leur établissement ou de jouer aux démagogues s'ils veulent maintenir la cohésion de leurs équipes et donc la qualité des pratiques auprès des élèves - les principaux impactés faut-il le rappeler ! Les familles doivent prendre conscience que cette nouvelle forme d'évaluation risque bien plus de paupérisé la prise en charge des élèves que de lui donner un sens collectif cohérent.

La soit disant "autonomie" des établissements scolaires tournent à l'hyper-hiérarchisation du système. Une stalinisation du service publique d'éducation aux antipodes de ce qui se pratique dans le privé qui privilégie souvent l'intevention d'un cabinet extérieur pour effectuer sa propre évaluation.

Les syndicats du publique comme du privé ont d'ores et déjà appelés à une journée de protestation le 15 décembre prochain !

Liens :

L'appréciation de la valeur professionnelle des enseignants
L'évaluation des enseignants du secondaire confiée aux seuls chefs d'établissement ?


Imprimer   E-mail